Horizon ProvenceDécouvrez la Provence
 [fr] [en]

Le Festival d'Avignon

festival du théâtre et des arts vivants

le Festival d'Avignon >  Festival de Jean Vilar >  Festival d'Avignon contemporain >  Fenêtres > 1947-2012 > Edmond Volponi

Le Festival d'Avignon est pour les amateurs de Théâtre et des arts vivants en France, l'immanquable rendez-vous annuel du mois de juillet. Le Festival d'Avignon est la création d'un homme, le metteur en scène, acteur et directeur de troupe Jean Vilar, qui vint à Avignon dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes pour la première fois en 1947. Année après année, Jean Vilar et ses successeurs ont a fait du Festival d'Avignon "le Festival" par excellence, la rencontre renouvelée d' un théâtre exigeant avec son public. Depuis plus de soixante ans, son succès ne se dément pas.

La légende du Festival d'Avignon, ce sont les acteurs qui l'ont forgé : les comédiens de sa troupe de théâtre de Jean Vilar : Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Maria Casarès, Philippe Avron, et bien d'autres. La légende, c'est une scène mythique pour le théâtre en France, la Cour d'Honneur du Palais des papes : un décor austère, puissant, une scène à ciel ouvert dont Vilar a su apprivoiser pour en puiser toute l'énergie.

Le Festival d'Avignon de Jean Vilar

Une semaine d'art en Avignon - 1947 - Maison Jean Vilar

Le poète René Char et Christian Zervos inaugurent une "Semaine d'Art à Avignon" au mois de septembre 1947: ils proposent une exposition d'art contemporain dans le palais des papes et ils invitent le metteur en scène Jean Vilar à investir la Cour d'Honneur du Palais des papes. D'abord hésitant, Jean Vilar présente trois pièces de théâtre en Avignon, dont "Richard II" de William Shakespeare dans la Cour d'Honneur. Le décor majestueux et austère de la cour d'Honneur transcende le théâtre dramatique. Le public enthousiaste en redemande. Il est fidèle au rendez-vous d'Avignon depuis 1947.

Le Festival connait un succès croissant pendant les années 50. Les représentations dans la Cour d'Honneur : "Le Cid" de Corneille, "Richard II" de Shakespeare ou "Le Prince de Hombourg" de Kleist entrent dans la légende d'Avignon et dans l'histoire du Théâtre en France.

Dépliant Festival Avignon 1952

 

La démarche de Jean Vilar est militante : il parie sur le désir d'un public jeune et populaire pour un théâtre de qualité jusqu'alors confiné dans les théâtres traditionnels. Il veut faire un théâtre exigeant et populaire.

Jean Vilar abandonne la direction du TNP pour se consacrer à partir de 1964 à la direction du Festival d'Avignon. Il invite des metteurs en scène de théâtre, il ouvre le Festival vers la danse et le cinéma, qui sont joués dans de nouveaux lieux de la ville. Vilar veut faire du Festival d'Avignon un moment d'échange et de reflexion en prise la société.

Pourtant en 1968, juste après les révoltes étudiantes du mois de mai, Jean Vilar affronte une jeunesse radicale et contestataire.

Jean Vilar  © photo Volponi

Jean Vilar © photo Volponi

Jean Vilar décède en 1971 juste avant l'ouverture du 25ème Festival d'Avignon. Paul Puaux son assistant et ami fidèle en prend la direction. Il suit la direction initiée par Jean Vilar et accueille au Festival les Arts vivants : cinéma, lectures, débats, créations musicales, theâtre pour enfants,rencontres. Paul Puaux démissionne en 1979 pour se consacrer à la direction de la Maison Jean Vilar. Le Festival d'Avignon cherche un second souffle.

Le Festival d'Avignon contemporain

Bernard Faivre d'Arcier est nommé directeur artistique en 1980, puis Alain Crombecque entre 1985 à 1992, et de nouveau Bernard Faivre d'Arcier jusqu'en 2003. Le Festival d'Avignon se modernise et s'institutionnalise, le public, fidèle, se presse toujours en nombre. Le Festival est une vitrine de la création théâtrale en France et en Europe, composée selon la sensibilité du directeur artistique, dont la tâche est de concilier l'ouverture vers le public et l'exigeance de qualité.

En 2003, le Festival est annulé au dernier moment, pour la première fois depuis sa création, à cause de la grève des intermittents du spectale. Les années suivantes démontrent que son public n'a pas déserté les lieux. Plus que le Festival d'Avignon, c'est le monde du spectacle connait une crise grave et c'est lors du Festival que les conflits s'exacerbent. Ce dernier est plus que jamais un point d'exposition révélateur des tensions de notre société.

Depuis 2004, Vincent Baudrier et Hortense Archambault ont pris le relais à la tête du Festival d'Avignon. Ils choisissent d'associer chaque année un artiste à la programmation estivale. Après le metteur en scène berlinois Thomas Ostermaeier en 2004, le controversé artiste flamand Jan Fabre a suscité la polémique en 2005. En 2006 la danse est à l'honneur avec le chorégraphe Josef Nadj. Frédéric Fisbach du Studio-Théâtre de Vitry est l'artiste associé en 2007.

Il est encore tôt pour tirer des leçons de l'expérience. Toutefois, si l'enthousiasme de l'âge d'or, l'idéalisme, la ferveur des années 60 ou l'effervescence des année 70 se sont estompés, le Festival d'Avignon demeure toujours un temoin sensible de l'évolution de la société, comme le rêvait Jean Vilar.

Le Festival Off

Festival Off en Avignon

Le Festival Off est le complément quelque peu anarchique et exubérant du Festival d'Avignon "officiel". Il prend possession de la vénérable cité des papes sous l'écrasant soleil estival, avec un enthousiasme tendant à la frénésie : les scènes de théâtre fleurissent dans le centre de la ville. Le spectacle est dans la rue, dans les théâtres improvisés en des lieux parfois improbables. Le Festival Off attire un public nombreux, curieux et avide d'expériences les plus diverses car pendant le Festival, Avignon est une immense scène dont le spectateur est partie prenante.

Comment définir le Festival Off ? Kermesse, fête, foire, supermarché du théâtre, le Festival Off est tout cela et bien plus encore. Lors du Festival d'Avignon officiel, les théâtres et scènes de spectacles fleurissent spontanément dans le centre historique de la cité des papes, dans des lieux parfois improbables. Le nombre incroyable de spectacles présentés est simplement démesuré pour un simple spectateur.

La profusion exubérante de spectacles entraîne une lutte darwinienne pour la reconnaissance  : les affiches occupent tout les supports disponibles, des dizaines de milliers de tracts sont distribués, les troupes forment paradent dans les rues pour attirer leur public entretenant en permanence l'animation dans les rues.

Pour jouer au Festival Off, aucune sélection n'est effectuée, de la compagnie d'amateurs inexpérimentée aux artistes les plus confirmés, tous convergent vers Avignon pour y chercher la reconnaissance du public mais aussi pour conclure des contrats avec des programmateurs professionnels venus de toute la France pour trouver des spectacles.

André Benedetto, aujourd'hui directeur du théâtre des Carmes en Avignon, fut le pionnier du festival Off : non invité par Jean Vilar, il présente son spectacle "Napalm" en marge du Festival officiel 1966. En 1968, dans l'agitation contestataire, le préfet de police du Gard interdit les représentations de "La paillasse aux seins nus" de Gérard Gélas, évènement déclancheur des manifestations. En 1971, le festival "bis" propose 38 spectacles dans 12 lieux, le mouvement prend de l'ampleur, et on le baptise "Off" par opposition au festival officiel qualifié de "In". En 2007, plus de 970 spectacles sont présentés.

 

Le Festival d'Avignon ne se conçoit pas aujourd'hui sans le Festival Off. Le public se presse dans les salles, loin d'être effrayé par la pléthore et la diversité des spectacles proposés. A chacun de se frayer un parcours dans la jungle des spectacles : par le bouche à oreille, à la lecture des critiques, avec une bonne dose d'intuition.

Le Festival "Off" est une expérience culturelle toujours renouvellée, dont le public est le principal acteur. Son succès est un gage précieux de la vitalité de l'Art vivant.

Fenêtres sur le festival d'Avignon

Les personnages légendaires du Festival d'Avignon ont discrètement investit la cité des papes. Lors de votre promenade dans la vieille ville soyez attentif et élevez votre regard : vous apercevrez derrière une fenêtre le reflet du Prince de Homburg, de Scapin, Macbeth, Marianne, Lorenzaccio, Harpagon, Antigone, Hamlet, ...

fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand fenêtres sur le Festival d'Avignon  © Pochy-Durand

... vous les reconnaitrez sous les traits des acteurs qui les ont incarné dans ces lieux où leurs voix résonnent encore  : Gérard Philipe, Jean Vilar, Jeanne Moreau, Daniel Auteuil, Maria Casarès, Daniel Sorano et bien d'autres encore, comme le chorégraphe Maurice Béjart, le mime Marceau ou Bartabas et son théatre équestre.

Les fenêtres peintes sont des oeuvres de M. Pochy et D. Durand

Informations pratiques

Festival d'Avignon

Site officiel du festival d'Avignon : festival-avignon.com

Cloître Saint-Louis - 20, rue du portail Boquier - 84 000 Avignon

Tél : +33 (0)4 90 27 66 50

Festival Off

Avignon Festival OFF

Site officiel du festival Off Avignon : avignonleoff.com

Tél : +33 (0)4 90 85 13 08

Festival d'Avignon

Horizon Provence 2020

textes et photos
© 

contact

tous droits de reproduction réservés

informations données à titre indicatifs

Découvrez la Provence

Réseaux sociaux

Cet article vous a plu ?

Facebook partager

Actualité du site

Facebook Horizon ProvenceInstagram Horizon Provence