Horizon ProvenceDécouverte de la Provence
AccueilAvignonVilles et villages de ProvenceNoël en ProvenceHébergements en Provence

Le Festival d'Avignon

du 31ème au 40ème Festival d'Avignon de 1977 à 1986

1977 > 1978 > 1979 > 1980 > 1981 > 1982 > 1983 > 1984 > 1985 > 1986

1977 - 31ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1977

Malgré l'interprétation remarquable de Philippe Avron, "La tragique histoire de Hamlet Prince de Danemark" mis en scène dans la Cour d'Honneur par Benno Besson est loin de rassembler les suffrages du public et de la critique.

L'avignonnais Gérard Gélas, ancien trouble-fête du Festival et initiateur du Off avec André Benedetto, est désormais bien intégré : il accueille chaque année un public fidèle dans son Théâtre du Chêne Noir.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1978 - 32ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1978

Avec "Le Cercle de Craie Caucasien" et "En attendant Godot", Brecht et Beckett occupent la Cour d'Honneur et sont de vrais succès publics, dans la pure tradition de l'esprit du théâtre de Vilar.

Au Cloître des Carmes, Antoine Vitez crée l'évènement avec une petite troupe d'élèves du conservatoire et quatre pièces de Molière : "L'école des femmes", "Dom Juan", "Le Misanthrope", et "Le Tartuffe".

 

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1979 - 33ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1979

Ce 33ème Festival d'Avignon est un cru exceptionnel par la qualité et la diversité des spectacles proposés : Peter Brook aux Carmes avec "La Conférence aux Oiseaux" et Ariane Mnouchkine à Champfleury où le Théâtre du Soleil donne une lecture mémorable de "Mephisto", d'après Klaus Mann.

Le Festival d'Avignon est un grand succès populaire, il n'a jamais attiré autant de monde.

Paul Puaux annonce à la fin du Festival qu'il se retire de la direction pour se consacrer à la direction de la Maison Jean Vilar, nouvellement créée avec pour mission de rassembler les archives et de conserver la mémoire vivante du Festival.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1980 - 34ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1980

Le "monde du spectacle" s'interroge sur Bernard Faivre d'Arcier, un haut fonctionnaire du ministère de la Culture, nommé à la direction du Festival à la surprise générale, mais avec l'aval de Paul Puaux.

Avec ce jeune énarque de 35 ans c'est une nouvelle génération aux commandes et BFA à s'attelle renouveller le Festival d'Avignon pendant les cinq années de la durée de son un mandat. Bernard Faivre d'Arcier compose dans l'urgence un programme dans la continuité son prédécesseur, ce 34ème Festival est celui de la transition.

Délaissant la vocation sociale et politique du théâtre chère à Vilar, les jeunes auteurs et metteurs en scène se tournent vers un théâtre plus formel. Ainsi à la Cour d'Honneur, Jorge Lavelli propose un "Conte d'Hiver" de Shakespeare aux effets visuels très recherchés.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1981 - 35ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1981

François Mitterand élu à la Présidence de la République au mois de mai se rend au Festival accompagné de son ministre de la Culture Jack Lang. L’arrivée de la gauche au pouvoir marque le début d’un véritable engagement financier de l’Etat dans le Festival d’Avignon.

La Cour d’Honneur accueille des classiques : " Médée" d’Euripide, "Richard III" et " Le Roi Lear" de Shakespeare, " Le Cercle de Craie caucasien" de Bertold Brecht, revisités par Jean Gilibert, Daniel Mesguish, et le géorgien Robert Stouroua de Tiflis. Mais l’événement est au Théâtre Municipal où Pina Bausch joue " Kontakthof" et "1980" et au Cloître des Carmes avec "Woyzeck" de Büchner mis en scène par Manfred Karge et Matthias Langhof.

Philippe Caubère crée "La Danse du Diable" au Théâtre de la Condition des Soies, le premier de ses onze spectacles autobiographiques dont il est à la fois l'acteur, l'auteur et le metteur en scène et qui formeront son oeuvre "Le Roman d'un acteur".

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1982 - 36ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1982

En 1982, la Cour d'Honneur offre un nouveau visage, les gradins sont reconstruits en 8 mois, la jauge est ramenée de 3000 à 2200 places, la Cour montre un nouveau visage plus chaleureux . Dans ces nouveaux gradins, le public fait un triomphe à Ariane Mnouchkine qui illumine la Cour en présentant "Richard II" et "La Nuit des rois" de Shakespeare.

Jérôme Savary avec sa troupe du Grand Magic Circus crée "Noël au Front" sous un chapiteau installé au Clos de la Murette.

La Cour d'Honneur est prise d'assaut pour les deux seules représentations du spectacle présenté par l'acteur italien Vittorio Gassman qui clôt le Festival.

Alain Léonard crée "Avignon Public Off", une association qui permet d'éditer un programme pour les spectacles du Off.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1983 - 37ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1983

Bernard Faivre d’Arcier recentre le Festival autour d’un thème et d’une couleur. Cette 37ème édition de 1983 est consacrée aux rapports de l’Homme à l’Espace et aux nouvelles technologies.

La Cour d’Honneur accueille deux auteurs contemporains, "Dernières Nouvelles de la Peste" de Bernard Chartreux, mis en scène de Jean-Pierre Vincent, et "les Céphéïdes" de Jean-Christophe Bailly, mis en scène de Georges Lavaudant.

Pina Bausch plante 12000 oeillets (par superstition, on offre jamais d'oeillets à un comédien) sur les planches de la Cour d'Honneur pour un spectacle de danse mémorable. Une nouvelle génération de chorégraphes émerge : Régine Chopinot, Maguy Marin, jean-Claude Gallotta, Jacques Garnier.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1984 - 38ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1984

Coup de Théâtre : juste avant le début du Festival, Bernard Faivre d'Arcier annonce sa démission, découragé par le manque de soutien des collectivités locales, Alain Crombecque lui succèdera.

La Cour d'Honneur est toute à Shakespeare et au Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine qui complète la trilogie avec Henry IV

Au Théâtre Municipal, Manfred Karge et Matthias Langhoff s'attèlent à une rude tâche : ils présentent "Le Prince de Hombourg" de Heinrich von Kleist, où trente trois ans après, Gérard Desarthe prend la relève de Gérard Philippe.

Au Cloître Saint Louis, une exposition fait date, consacrée au thème de l'année : "Le Vivant et l'Artificiel".

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1985 - 39ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1985

Le Mahâbhârata est l'événement de ce premier Festival dirigé par Alain Crombecque. Pour cette épopée des origines, retranscrite par Jean-Claude Carrière et mis en scène par Peter Brook, le cadre choisi est la superbe Carrière de Boulbon, dominant le Rhône à une quinzaine de kilomètres au sud d'Avignon. L'épopée légendaire indienne emmène les spectateurs dans un fabuleux voyage du coucher du soleil jusqu'à l'aube.

La Cour d'Honneur reste fidèle aux classiques avec "Lucrèce Borgia" de Victor Hugo et "Macbeth" de Shakespeare.

Au Gymnase Aubanel, les spectateurs sont fascinés par l'art sans pareil de Tadeusz Kantor.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

1986 - 40ème Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 1986

La Cour d'Honneur se partage entre Danse et Théâtre, avec "La Tempête" de Shakespeare mis en scène par Alfredo Arias et "Mammane I et II" une chorégraphie de Jean-Claude Gallotta.

La sensibilité d'Alain Crombecque pour les auteurs contemporains s'affirme, Valère Novarina, Raul Ruiz et Nathalie Sarraute sont mis en valeur à l'affiche du Festival.

Dans la Cour d'Honneur cette année là :

 

texte et photos ©

le Festival d'Avignon >  Festival de Jean Vilar >  Festival d'Avignon contemporain >  Festival Off > 1947-1956 > FA 1957-1966 > FA 1967-1976 > FA 1977-1986 > FA 1987-1996 > FA 1997-2006 > FA 2007-2012 > Edmond Volponi

Festival d'Avignon

© VF - Horizon Provence 2018 - contact - tous droits de reproduction réservés - all rights reserved
informations données à titre indicatifs - Information is given only as an indication